Louer un bien : petit tour du propriétaire

Le Belge a-t-il toujours sa fameuse brique dans le ventre? Est-il plus intéressant de louer ou d’acheter ? Quels sont les avantages de la location mais aussi les contraintes ? A quoi faut-il faire attention si on loue un bien ? Comment procéder ? Petit tour du propriétaire pour un état des lieux en bonne et due forme.

​​Louer, une certaine idée de la liberté

C'est vrai que louer son logement procure un sentiment de liberté puisque l'engagement du locataire est minime. Un contrat de bail peut être de courte durée et être résilié assez rapidement. En outre, le locataire n'engage aucun capital, hormis celui de la garantie locative.

Louer est également plus rapide : les démarches à entreprendre sont plus simples que celles qu'exige l'achat d'un bien.


Louer, une certaine idée d'​un investissement à fonds perdus

En effet, payer un loyer chaque mois à un propriétaire ne permet pas de se constituer un patrimoine. Et en plus du loyer mensuel, il faut tenir compte de la garantie locative, de l'indexation du loyer et des frais liés à l'usage du bien.


Louer son logement : budget poste par poste

Le loyer : l'incontournable

A payer tous les mois, il ne faut pas oublier que le propriétaire a le droit de l'indexer chaque année à la date anniversaire de votre emménagement.

Les charges locatives

Il s'agit d'une provision mensuelle fixe pour certaines dépenses telles que le chauffage, l'eau et les charges communes de l'immeuble (maintenance de l'ascenseur, nettoyage des communs,… et selon certains contrats, les frais de gestion de l'immeuble).

Les charges sont adaptées chaque année – à la hausse ou à la baisse – quand le décompte des charges est fait par le propriétaire.

Pour avoir une idée du montant des charges locatives, il faut le demander au propriétaire. En fonction du type de logement (studio, appartement, maison, de la présence ou non d'un concierge, d'un ascenseur, des services offerts,…), cela peut varier grandement.

Mais encore…

A ces deux postes, il faut ajouter, la plupart du temps, le contrat avec un fournisseur de gaz et/ou d'électricité, l'abonnement téléphone – télévision – internet, l'assurance habitation, la location éventuelle d'un garage ou d'un emplacement de parking, etc.

Last but not least

Les impôts régionaux qui varient selon la région dans laquelle vous vous installez, les impôts communaux, la garantie locative, les frais de déménagement.
 

"Louer son logement : l'addition peut vite grimper!"


Ca chiffre vite

Le loyer moyen belge se situe aux alentours de 650 € et les charges locatives s'élèvent en moyenne à 350 € par mois. Autrement dit, le locataire belge dépense en moyenne, environ 1.000 € pour se loger.


Trucs et astuces pour décrocher la location de vos rêves​

La première chose à faire: définir le type de logement que vous cherchez, sa situation et le budget dont vous disposez

Ensuite, consultez les sites spécialisés et mettez-y des alertes avec vos critères de sélection.

Si vous repérez un bien intéressant, foncez car vous n'êtes pas seul(e) et la perle rare peut rapidement vous passer sous le nez.

Les trois types de logements existants en Belgique

En fonction de votre situation personnelle, familiale, financière, professionnelle,… il existe trois types de logements:

  • Logements privés, c'est-à-dire mis en location par des propriétaires privés qui fixent librement le prix du loyer.
  • Logements sociaux qui sont mis en location par une société de logement social. Chaque région en Belgique a ses propres sociétés de logement. Pour y accéder, il faut remplir certaines conditions (notamment en termes de revenus financiers).
  • Logements du fonds du logement : ce sont des bâtiments achetés, rénovés et donnés en location à prix modeste à des ménages à faibles revenus et ayant des difficultés à se loger décemment.

Voire un quatrième : la colocation

Ce phénomène de la location alternative en pleine expansion, ne se limite plus aux étudiants. Jeunes en début de carrière, parents solos,… ces dernières années, la demande – surtout à Bruxelles – est passée à la vitesse supérieure.

Si pour les plus jeunes, il s'agit de prolonger l'envie de vivre avec ses amis, pour les colocataires âgés de 25 à 44 ans, il s'agit surtout d'une période transitoire. Vivre en colocation permet en effet de réaliser des économies substantielles sur les dépenses liées au paiement du loyer.


Préparez votre premier rendez-vous

Toutes les premières fois sont déterminantes. Et la première entrevue que vous aurez avec le propriétaire du bien que vous convoitez est importante. Soyez à l'heure, restez courtois, jouez franc jeu par rapport à vos revenus, observez le bien mis en location dans tous les détails,…


Posez toutes vos questions lors de la visite

Que ce soit l'état de l'entrée du bâtiment (sécurisation de la porte d'entrée, la boîte aux lettres, la sonnette, l'accessibilité des compteurs de gaz et d'électricité,…),l'état général du logement (état des châssis, éventuels problèmes d'humidité, isolation, revêtements de sol, murs, sanitaires, cuisine notamment si elle est équipée totalement ou partiellement, le chauffage, l'installation électrique, la performance énergétique du bâtiment,…), c'est le moment de poser vos questions.


L'heure de la signature du bail

Il existe des baux de durée différente : courts ou longs. Renseignez-vous bien. Avant de signer votre contrat, le mot d'ordre est la vigilance.

En faisant quelques recherches sur le Net, vous trouverez de nombreuses informations utiles sur les sites spécialisés. 


Etat des lieux

L'état des lieux est obligatoire et il doit être enregistré par le propriétaire en même temps que le bail. Ici également, il est important d'être attentif. Un coup dans un mur, un état d'usure d'un moquette,… tout doit être répertorié tant dans le chef du propriétaire que dans le vôtre. Lorsque vous quitterez le bien, un état de lieux de sortie devra également se faire. D'où l'importance de repérer les éventuels dysfonctionnements à l'entrée afin d'éviter des soucis à la sortie.


Une assurance habitation ?

Assurez-vous contre le vol, l'incendie, les dégâts des eaux, les catastrophes naturelles, etc pour vous couvrir contre les dégâts causés à vos biens mais également à ceux du propriétaire. Même si en théorie cette assurance n'est pas obligatoire, elle est exigée par la plupart des propriétaires et est souvent conditionnée à la signature du bail.


Et si un jour vous ne pouviez plus faire face au paiement de votre logement…

Difficultés financières passagères ou plus longues, personne n'est à l'abri d'un désagrément de ce type. Dans ce cas, la meilleure solution est de prévenir votre propriétaire le plus rapidement, de le rassurer et le cas échéant, d'être pro-actif(ve) en lui proposant des solutions visant à régulariser au plus vite votre situation.

Il existe des structures pour aider les personnes en grandes difficultés financières (CPAS, services sociaux de la commune dans laquelle vous résidez,…).

Des assurances sont également disponibles pour permettre de continuer à payer votre loyer en cas de perte d'emploi involontaire ou encore par exemple en cas d'invalidité totale. C’est le cas de l’Assurance Loyer d’AG Insurance qui vous garantit pendant 6 mois un montant fixe : un soutien précieux pour garder un toit au-dessus de votre tête et de celle de votre famille. Vous êtes intéressé(e) ? Informez-vous ici.


Cet article est purement informatif et certaines informations  qui y figurent sont susceptibles d'être modifiées en fonction de l'actualité et de la législation.

L'équipe rédactionnelle VIVAY

25/08/2017

Cette publicité est relative à l’Assurance Loyer d’AG Insurance, une assurance de type pertes pécuniaires diverses de la branche 16 d’une durée de 1 an avec reconduction annuelle tacite. Cette assurance, développée par AG Insurance et commercialisée, le cas échéant, par un intermédiaire, prévoit une intervention si vous perdez involontairement votre emploi ou tombez en invalidité totale. Vous recevez chaque mois pendant 6 mois maximum, un montant fixe pour payer votre loyer. Si vous décédez, c’est le bénéficiaire qui reçoit ce montant pendant 6 mois. Cette assurance est soumise au droit belge. Des exclusions, limitations et conditions quant au risque assuré sont prévues. Ainsi, certaines garanties sont assorties d’un délai d’attente et/ou d’un délai de carence et sont par exemple exclus le décès résultant d’un suicide au cours de la première année de votre contrat, l’invalidité consécutive à une affection psychique, l’expiration de toute forme de contrat de travail à durée déterminée, le licenciement pour faute grave, la révocation de votre contrat en accord avec votre employeur ou la démission. Les conditions générales sont disponibles gratuitement sur www.vivay.be. Vous pouvez toujours demander une offre de contrat incluant un calcul de prime sur www.vivay.be.

Les plaintes peuvent être introduites auprès d’AG Insurance sa, Service de Gestion des Plaintes, bd. E. Jacqmain 53 à B-1000 Bruxelles ou via email : customercomplaints@aginsurance.be (Tel.: +32 (0)2 664 02 00).
Si la solution proposée par AG Insurance ne vous donne pas satisfaction, vous pouvez soumettre votre plainte à l'Ombudsman des Assurances (info@ombudsman.as - tel. 02 547 58 71 – Fax 02 547 59 75), Square de Meeûs 35 à B-1000 Bruxelles, www.ombudsman.as.

AG Insurance sa – Bd. E. Jacqmain 53, B-1000 Bruxelles – RPM Bruxelles – TVA BE 0404.494.849 – www.aginsurance.be Entreprise belge d’assurance agréée sous code 0079, sous le contrôle de la Banque nationale de Belgique, Bd. de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles.

Partager via
Protégez vos proches Assurance Loyer

Vous serez aussi intéressé par...

La colocation version parents solos Lire plus
Elémentaire cher locataire ! Lire plus
Vie de famille en mode mono ! Lire plus
Voir tous les articles