Comment soutenir et aider un proche atteint d’un cancer ?

Quand survient la maladie d’un(e) proche, et certainement un cancer, la vie est bouleversée. Celle du malade, bien sûr, mais aussi celle de ses proches. Comment doivent-ils se positionner, comment faire pour apporter une aide véritable et un soutien réel au malade ? Voici quelques conseils avec les pièges à éviter pour que vos bonnes intentions restent positives et agréables pour votre proche malade.
​​​​​​Entre le soutien affectif et le soutien pratique, l’un n’est pas meilleur que l’autre et il n’y a aucune obligation.​ Choisissez donc le soutien qui colle le mieux à votre personnalité. Et puis surtout, rien ne vous empêche de demander au principal intéressé ce qu’il souhaite de votre part. Car on n’impose pas son aide ! 
 
Comment offrir un soutien affectif au malade du cancer ?  
     
Soyez là, simplement là. C’est-à-dire ne vous mettez pas en retrait parce que la maladie vous effraie et que vous ne savez pas comment vous comporter. Restez le partenaire, l’amie, la sœur, le frère, la voisine, la cousine… que vous avez toujours été. Sans marquer de différence entre avant la maladie et après.
 
Montrez-vous disponible, compréhensif et surtout, continuez de proposer des petites sorties comme vous l’avez toujours fait pour vous détendre et vous amuser ensemble. C’est une manière d’éviter que la maladie n’occupe toute la place. Il est en effet essentiel de réserver une belle place à la joie de vivre ! 
 
N’essayez pas de « rassurer » coûte que coûte votre proche malade ni de minimiser ce qui lui arrive. Vous feriez pire que bien ! Gare donc aux petites phrases qui pourraient saper le moral de votre protégé. 
 
Évitez de laisser passer votre propre inquiétude. Tournez-vous pour cela vers l’équipe médicale ou des organisations spécialisées, prêtes à répondre à vos questions.  
 
Informez-vous du jargon lié au cancer de votre proche. Cela vous aidera à le comprendre. Pas à donner un avis médical, évidemment !  
 
Écoutez ce que souhaite votre ami(e), votre sœur, votre mère… Essayez de savoir s’il souhaite en parler ou pas. Ce n’est pas un exercice facile, mais il vaut la peine.  Eh oui, on n’impose pas une aide à quelqu’un. Et on essaie de ne pas confondre ses propres besoins avec ceux du proche malade. On cherche à répondre à une véritable demande de sa part. Sinon, vous ne faites plaisir qu’à vous-même et ce n’est pas le but ! Bien sûr, il faut ici que votre proche exprime clairement ce qu’il souhaite. 
 
Bon à prendre : 
 
-  Vous pensez que ce soutien n’est pas pour vous ? Vous craignez d’être, malgré vous, maladroit(e) ? Proposez une aide concrète et pratique. Elle sera toujours la bienvenue !  
 
- Pourquoi ne pas lire un livre sur le sujet ? Renseignez-vous, ils sont nombreux. Leur lecture peut vous éclairer. Et vous montrer les pièges à éviter. 
 
Choisir avec elle sa perruque, sa lingerie, ses produits cosmétiques adaptés ou son foulard…
​​
Quel soutien pratique offrir ?   

Ici, la palette est vaste. Et, comme pour le soutien affectif, il faut trouver ce qui rencontre vraiment les besoins de votre proche malade.  
 
* Les trajets entre la maison et l’hôpital. 
 
* Les trajets avec les enfants de votre proche malade entre leur école et leur maison. 
 
* Les courses ou la préparation de quelques repas pensés selon le niveau de forme de votre proche. Faut-il prévoir des purées ? Dans ce domaine, vous pouvez aussi trouver des repas tout prêts et conçus spécialement pour offrir un bel apport en vitamines, minéraux, oligo-éléments et antioxydants aux personnes malades, notamment du cancer. Renseignez-vous. Il y a des belles initiatives de ce côté. 
 
* Les formalités administratives. 
 
* Des recherches de sites intéressants pour avoir accès à des infos précieuses, à des aides, à des idées… 
 
* La prise en charge des animaux domestiques s’il y en a. Cela ne veut probablement pas dire de les prendre chez vous, mais d’assurer les promenades, les soins…  

* Lui proposer de faire du sport avec lui pour l’encourager. Le sport est effectivement une bonne chose en cas de cancer, mais la fatigue et les traitements sont un frein que votre présence peut aider à lever. Attention ici à ne pas le forcer. Si la forme n’y est vraiment pas, respectez son souhait de ne pas aller faire une heure de sport avec vous.  
 
* L’accompagner pour choisir sa perruque, sa lingerie, ses produits cosmétiques adaptés ou son foulard. Et vous renseigner, au préalable, sur les lieux les plus indiqués pour ça. Pour autant, bien sûr, qu’il ait clairement exprimé ce souhait !  
 
Ces moments que vous allez passer à soutenir votre proche atteint d’un cancer sont non seulement des moments de vie très forts, ils sont aussi l’occasion de réfléchir à votre propre vie et, le cas échéant, de prendre quelques mesures préventives pour vous​. Car, on ne le sait pas encore assez aujourd’hui, mais il existe des solutions pour mieux affronter un éventuel cancer féminin… ​
 
                                                                                        L’équipe rédactionnelle VIVAY 
                                                                                                                          Ao​ût 2018
 
Cette publicité est relative à l’Assurance Femina, une assurance maladie vie entière de la branche 2. Cette assurance, développée par AG Insurance et commercialisée, le cas échéant, par votre intermédiaire, prévoit en cas de diagnostic d’un des cancers suivants à partir du stade T1 : cancer du sein, des ovaires, des trompes de Fallope, de l’utérus ou du col de l’utérus, du vagin, de la vulve, le versement d’un montant unique pour couvrir certains frais qui rendent plus supportable votre combat contre le cancer. Cette assurance est soumise au droit belge. Des exclusions, limitations et conditions quant au risque assuré sont prévues. Ainsi par exemple sont exclus la présence de tumeurs invasives dans d’autres parties du corps que les organes génitaux ou les seins, même si elles sont la cause d’un de ces cancers; les tumeurs bénignes et non invasives, lésions non invasives sur les organes génitaux féminins ou les seins, à l’exception de lésions DCIS et LCIS dans la mesure où elles entraînent une ablation totale du sein ou une chirurgie conservatrice avec ablation de la tumeur, suivie par de la radiothérapie; les opérations et traitements préventifs. Avant la souscription du produit, il est nécessaire de prendre connaissance des conditions générales et du document d’information sur le produit d’assurance, disponibles gratuitement sur www.vivay.be. Vous pouvez toujours demander une offre de contrat incluant un calcul de prime sur www.vivay.be. 
Les plaintes peuvent être introduites auprès d’AG Insurance sa, Service de Gestion des Plaintes, bd. E. Jacqmain 53 à B-1000 Bruxelles ou via email : customercomplaints@aginsurance.be (Tél.: +32 (0)2 664 02 00). 
Si la solution proposée par AG Insurance ne vous donne pas satisfaction, vous pouvez soumettre votre plainte à l'Ombudsman des Assurances (info@ombudsman.as - tél. +32 (0)2 547 58 71 – Fax +32 (0)2 547 59 75), Square de Meeûs 35 à B-1000 Bruxelles, www.ombudsman.as. 
AG Insurance sa – Bd. E. Jacqmain 53 – B-1000 Bruxelles – RPM Bruxelles – TVA BE 0404.494.849 – www.aginsurance.be - Tél. +32(0)2 664 81 11 
Entreprise belge d’assurance agréée sous code 0079, sous le contrôle de la Banque nationale de Belgique, Bd. de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles.  

 
Protégez vos proches et vous-même Assurance Femina
Une aide financière jusqu'à 10.000 €
Une somme dédiée à votre bien-être
Une couverture à vie

Vous serez aussi intéressé par...

Voir tous les articles