Que coûtent les études supérieures de votre enfant?

Quelles que soient les études supérieures choisies (universitaires, de type court ou long, non universitaires, etc.), une année d’étude coûte cher.  Ce n’est pas un scoop. Pour mettre des chiffres sur cette réalité, le CEBUD (centre de conseils et études sur le budget) de la Haute Ecole Thomas More a fait le calcul et a essayé de penser à tout. Santé, loisirs, mobilité, matériel, communication. Résultat ? Sans bourse, un étudiant navetteur coûte chaque année en moyenne 8.168 euros pour 12.640 euros s’il vit en kot. Cher, en effet !

​​​​​​​​​​​Qui dit études, dit bien sûr droits d’inscription. Ceux-ci, en Belgique, se situent en moyenne aux alentours de 835 € pour des droits ordinaires d’inscription à l’université (sans tenir compte donc de la nationalité ou du statut économique de l’étudiant).

Les frais de manuels, syllabus, matériel… varient selon l’orientation et peuvent se situer en moyenne entre 400 et 700 € par an.  Attention, cette estimation ne tient pas compte des frais engendrés par un travail de fin d’études et/ou un stage.

Pour le matériel, comptons encore une moyenne de 550 euros pour l’achat d’un ordinateur (110 euros/an).

Si l’étudiant loge en kot, celui-ci occupera une place importante dans ces frais. L’UCL annonce sur son site mettre des logements à prix avantageux dont le coût mensuel (hors électricité) varie de 280 à 345 euros. Ce prix ne tient évidemment pas compte non plus de la garantie locative, ni de l’aménagement du kot ni de son entretien

Si par contre l’étudiant opte pour la navette, tout dépendra de son option : voiture ou transport en commun. Opter pour une voiture reviendra à peu près au même budget que le kot (environ 3.300 euros/an comprenant l’achat, l’essence, l’assurance, l’entretien et la taxe de mise en circulation). Un budget bien supérieur à un abonnement annuel au train pour lequel vous ne débourserez qu’une moyenne de 250 euros. Mais les variations sont nombreuses : distance, fréquence de l’utilisation, durée de l’abonnement (1, 3 ou 12 mois), etc.  Ainsi, entre Spa et Louvain-la-Neuve, par exemple, l’abonnement annuel à la SNCB sera de 566 euros (soit 1,18 euro par trajet). Mais on reste loin d’un budget kot ou voiture !

On note une légère différence de budget entre un étudiant kotteur et un étudiant navetteur pour son alimentation. En kot, il dépensera environ 2 000 euros/an (minimum 50 euros/semaine) contre 1 800 s’il rentre manger chez lui.

Rien ne change par contre du côté de sa garde-robe. La moyenne pour les vêtements et les chaussures se situe aux alentours de 550 euros. 

Et ce n’est pas tout ! La vie, c’est aussi des frais de santé, de loisirs, de vie sociale, culturelle et sportive…  Un poste forcément très variable d’un étudiant à l’autre. C’est pourtant bien le total de tous ces frais qui a été pris en compte pour obtenir la moyenne de 8.168 euros/ an pour les étudiants sans bourse et navetteurs et 12.640 euros s’il a fait le choix du kot. Pour des études de 5 ans, on arrive ainsi à un budget de 63 200 euros 


Si l'on tient compte de l'inflation, il faudrait engranger 87 000 euros par enfant pour financer ses études supérieures.

​​


On comprend pourquoi de nombreux parents économisent bien avant l’entrée de leurs enfants dans les études supérieures. Souvent d’ailleurs dès leur naissance. Car si l’on tient compte d’une inflation de 2 %, il faudrait engranger 87 000 euros par enfant. Avoir ce niveau de prévoyance est déjà formidable. Mais qui pense aux conséquences sur les études de son enfant d’un décès prématuré ? Sans doute de très rares parents ! Pourtant, ce triste cas de figure peut être couvert. Et intégré à votre éventuel plan d’épargne en vue des études de votre enfant. Le meilleur conseil à donner ici est de vous renseigner à temps


Décembre 2018

L'équipe rédactionelle Vivay


Cette publicité est relative à l’Assurance Frais d’Etudes d’AG Insurance, une assurance décès de la branche 21 d’une durée de 7 ans. Cette assurance, développée par AG Insurance et commercialisée, le cas échéant, par votre courtier, prévoit le le versement à votre enfant si vous veniez à décéder avant le terme de l’assurance, pendant deux ans, chaque mois, d’un montant fixe pour l’aider à faire face aux dépenses liées à ses études supérieures. Il recevra également à deux reprises un montant complémentaire fixe pour l’aider à payer ses frais d’inscription annuels. Cette assurance est soumise au droit belge. Des exclusions, limitations et conditions quant au risque assuré sont prévues. Ainsi par exemple sont exclus le décès résultant d’un suicide dans la première année de votre contrat; le décès résultant des suites d'un acte délibéré ou à l'incitation du bénéficiaire de l'assurance; le décès suite à une guerre (civile). Avant la souscription du produit, il est nécessaire de prendre connaissance des conditions générales et de la fiche info assurance décès, disponibles gratuitement sur www.vivay.be. Vous pouvez toujours demander une offre de contrat incluant un calcul de prime sur www.vivay.be​

Les plaintes peuvent être introduites auprès d'AG Insurance sa, Service de Gestion des Plaintes, bd. E. Jacqmain 53 à B-1000 Bruxelles ou via email : customercomplaints@aginsurance.be (Tél.: +32 (0)2 664 02 00).​

Protégez vos proches et vous-même Assurance Frais d’Etudes
Un soutien financier aux études de votre enfant
350 à 1.000 €/mois
1.000 € en août

Vous serez aussi intéressé par...

Le diplôme: arme de construction massive contre le chômage des jeunes! Lire plus
Les métiers du futur que vos enfants vont adorer ! Lire plus
Etudier en Belgique : un luxe ? Lire plus
Voir tous les articles