Le diplôme: arme de construction massive contre le chômage des jeunes!

Aujourd’hui, plus que jamais, avoir une tête bien faite est un atout majeur pour trouver un emploi. Que faire pour motiver les jeunes générations à obtenir le Sésame qui leur évitera de rester sans emploi ? Question cruciale alors que de plus en plus de jeunes non diplômés se retrouvent au chômage.

De l’inadéquation entre l’offre et la demande

L’idée fort répandue pour expliquer le chômage en Belgique est de dire qu’il y a inadéquation entre le profil des demandeurs d’emploi et les besoins des entreprises. Autrement dit, que le problème viendrait du manque de qualification des travailleurs. Discours soutenu au sein du patronat et relayé par le monde politique qui exhorte à l’importance de la formation pour résoudre la question du chômage.


Le chômage des jeunes en Belgique, une maladie structurelle ?

Il semblerait que le chômage des jeunes et particulièrement les jeunes peu qualifiés, est structurellement plus élevé en Belgique que dans de nombreux autres pays européens.


Investir dans l’enseignement supérieur : indispensable !

Investir dans l’enseignement supérieur est une des meilleures manières de lutter contre le chômage puisque les hauts diplômés sont des profils économiquement très rentables.


Plus le diplôme est prestigieux, mieux c’est

C'est un constat sans appel : de nombreux jeunes quittant prématurément l’école et arrivant sur le marché du travail sans qualification, sont toujours sans emploi après un an.

Et même si un baccalauréat peut être un bon tremplin pour démarrer sa carrière – surtout les bacheliers professionnels – il n’atteint toutefois pas le niveau de perfectionnisme attribué aux détenteurs d’un master.

Le mythe selon lequel un diplômé de master trouve moins facilement un emploi que les bacheliers n’est pas juste. Une très faible proportion d'étudiants ayant un master en poche sont encore à la recherche d’un emploi un an après avoir reçu leur diplôme.


Protéger votre enfant

Tout ce qui précède le prouve, une des meilleures façons de trouver un emploi est d’avoir un diplôme de l’enseignement supérieur.


Et si vous veniez à décéder pendant ses années d’études ?

Ce n’est pas forcément la chose à laquelle on pense. Mais si cela arrivait, vous voudriez certainement préserver votre enfant pour lui permettre de poursuivre ses études sans se soucier de l’aspect financier. Il existe des produits et des formules proposés par les compagnies d’assurances ou les banques pour anticiper ces événements tragiques qui n’arrivent pas toujours qu’aux autres.


Une solution adaptée

L’Assurance Frais d’Etudes d’AG Insurance garantit un montant mensuel à votre enfant pendant 2 ans afin qu’il puisse continuer ses études le plus sereinement possible si vous veniez à décéder. Cliquez ici pour en savoir plus, s’informer ne coûte rien !

Le contenu de cet article est purement informatif. Les informations qui y sont relatées sont susceptibles d'évoluer.

L'équipe rédactionnelle VIVAY

25/08/2017


Cette publicité est relative à l’Assurance Frais d’Etudes d’AG Insurance, une assurance décès de la branche 21 d’une durée de 7 ans. Cette assurance, développée par AG Insurance et commercialisée, le cas échéant, par votre courtier, prévoit le versement à votre enfant si vous veniez à décéder avant le terme de l’assurance, pendant deux ans, chaque mois, d’un montant fixe pour faire face aux dépenses liées à ses études supérieures. Il recevra également à deux reprises un montant complémentaire fixe pour payer ses frais d’inscription annuels. Cette assurance est soumise au droit belge. Des exclusions, limitations et conditions quant au risque assuré sont prévues. Ainsi par exemple sont exclus le décès résultant d’un suicide dans la première année de votre contrat; le décès résultant des suites d'un acte délibéré ou à l'incitation du bénéficiaire de l'assurance; le décès suite à une guerre (civile). Les conditions générales sont disponibles gratuitement sur
www.vivay.be. Vous pouvez toujours demander une offre de contrat incluant un calcul de prime sur www.vivay.be.

Les plaintes peuvent être introduites auprès d’AG Insurance sa, Service de Gestion des Plaintes, bd. E. Jacqmain 53 à B-1000 Bruxelles ou via email : customercomplaints@aginsurance.be (Tel.: +32 (0)2 664 02 00). Si la solution proposée par AG Insurance ne vous donne pas satisfaction, vous pouvez soumettre votre plainte à l'Ombudsman des Assurances (info@ombudsman.as - tel. 02 547 58 71 – Fax 02 547 59 75), Square de Meeûs 35 à B-1000 Bruxelles, www.ombudsman.as.

AG Insurance sa – Bd. E. Jacqmain 53, B-1000 Bruxelles – RPM Bruxelles – TVA BE 0404.494.849 – www.aginsurance.be. Entreprise belge d’assurance agréée sous code 0079, sous le contrôle de la Banque nationale de Belgique, Bd. de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles.

Protégez vos proches Assurance Frais d’Etudes

Vous serez aussi intéressé par...

Les métiers du futur que vos enfants vont adorer ! Lire plus
Etudier en Belgique : un luxe ? Lire plus
Voir tous les articles